Faire du scoutisme pour être plus débrouillard

Montréal, le 12 septembre 2013 – C’est la rentrée et de nombreux parents se questionnent sur les activités à proposer à leurs enfants. Il y a beaucoup de choix, certain sont adeptes du sport, d’autres de la créativité. Le scoutisme offre ces deux aspects mais développe aussi la débrouillardise chez les jeunes.

Philippe Long est étudiant au baccalauréat en sciences politique à l’UQAM et fait partie du Mouvement depuis 16 ans. Aujourd’hui, il est animateur scout.  « Le scoutisme a été un facteur déterminant dans ma vie, je ne serais certainement pas rendu où je suis dans la vie sans les valeurs que cela m’a apporté. » raconte-t-il.

Selon lui, le scoutisme permet la solidarité et l’entraide par exemple entre les jeunes à l’école, selon les matières fortes de chacun. La socialisation acquise dans le scoutisme fait en sorte que c’est plus facile d’aborder une situation avec tact, ce qui lui sert notamment dans son travail comme agent de sécurité.

Il affirme : « Comme animateur, mon expérience de vie va amener les jeunes à devenir des citoyens engagés et impliqués. Pour plusieurs cela peut être une phase difficile de la vie et je crois que le scoutisme peut leur apporter un certain soutien moral et les aider à passer au travers de cette période. »

Basée sur une éducation non-formelle qui permet d’apprendre par le jeu et l’organisation de projets, les scouts préparent et réalisent des activités sportives, manuelles, créatives et communautaires.

Proposé dès l’âge de 7 ans, le scoutisme est également offert aux adolescents et aux jeunes adultes, puisque l’âge limite est de 25 ans.  « Pour les plus vieux, c’est l’occasion de développer des aptitudes utiles pour leurs études autant au secondaire, au CÉGEP qu’à l’université. » rapporte Claude-Jean Lapointe, chef de la direction générale des Scouts du Montréal métropolitain

Certains scouts sont même devenus célèbres : Neil Armstrong, le premier astronaute à avoir marché sur la lune ; Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies ; Michel Rabagliati, bédéiste créateur des « Paul » ; Joël Legendre, animateur québécois ; Catherine Légaré, présidente-fondatrice chez Academos ; Patrick Masbourian, animateur à Radio-Canada et François Cardinal, journaliste à La Presse.

Et si cette année, je deviens scout ?